Le lundi 8 septembre 2003 à 10h20 du matin disparaissaient Jaclyn Linetsky et Vadim Schneider, tout deux acteurs de talent et appréciaient par tous, à seulement 17 ans.

Ce recueil réuni tous les poèmes que j'ai écrit pour eux. J'espère que cet espace leur rendra hommage et honorera leur mémoire.

A eux. Aujourd'hui, demain et pour toujours.

Si je devais résumer votre vie, ce serait sans doute avec ces mots : joie, puissance, brillance.

Rejoignez les fans et supporters...


Pour plus d'infos, sites, projets etc...

Visitez le site principal

http://lovevadimjaclyn.weebly.com/


Rejoignez nous sur:

Facebook

http://www.facebook.com/SchneiderLinetsky

Twitter

http://twitter.com/lovingjackievad

Youtube

http://www.youtube.com/user/lovevadimjaclyn


Ça me tue


Ils l'aimaient
pourtant la vie s'en ai débarrassé
Trop heureux peut être
Cela n'a ni queue ni tête
Est-ce possible ?
Demandaient-ils l'impossible ?

Ça me tue

Ces destins oubliés
Ces âmes au loin égarées
Ces coeurs trop tôt partis
Ces corps à jamais enfuis
Envoyés dans un autre monde
Éternel rêveurs finis dans la tombe

Ça me tue

Ce chagrin et cette haine
Depuis des années en moi ils restent
moi qui suis encore dans le noir
Moi qui voulait les voir au sommet de la gloire
Trop de souffrance, trop d'oubli
Pourquoi ne leur rendent-ils pas l'hommage que tant ils méritent ?

Ça me tue

Ces secondes destructeurs
Ces années passées dans la peur
Ces pourquoi à répétition
Cette seule seconde d'inattention
Ces questions sans réponses
Et ces malheureux dans l'ombre

Ça me tue

Ce bâtard qui respire encore
N'a t-il donc aucun remord
De ce qu'on appelle l'incident
Ce terrible accident
Cette nouvelle qui a tout changé
Et ces vies maintenant ruinées

Ça me tue

Ce jour là on a tout perdu
Ces âmes ne reviendront plus
Une sacrée connerie a tout balayé
D'un revers de main elle a tout noyé
Maintenant c'est fichu
Et pour eux tout est foutu

Ça me tue

A l'heure qu'il est je pleure toujours
j'espère encore leur retour
Mais désespérée et fatiguée
Et de toute joie vidé
Maintenant je me bats
Je n'ai plus d'autre choix

Ça me tue

Ces rires oubliés
Ces sourires effacés
Ces visages rayonnants de beauté
Cette souffrance étouffées
Ces bonheur parfaits
Que je ne pourrais jamais oublier

Ça me tue

Rendez-leur la vie
je vous en supplie

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire